intro

Bienvenue à Kayak Saguenay, la référence pour les sports de pagaies en eau vive au Saguenay-Lac-Saint-Jean! Pour en savoir plus sur nous

vendredi 8 mai 2009

Enfin!

Le printemps... Cet hiver, j'ai effectué beaucoup d'analyse de carte pour repérer des premières descentes à faire au nord du Saguenay. Ses recherches m'ont amené à découvrir plusieurs cours d'eau avec des pourcentages de pentes très intéressants pour des sections de classe 4-5 en torrent ou petite rivière. Suite à ça, j'ai invité des pagayeurs à se joindre à moi pour passer deux semaines ce printemps à explorer mes découvertes. Je dois avouer que je n'y suis pas allé de mains mortes dans les invitations. Ne sachant pas à quoi s'attendre sur la rivière (j'ai quand même dans l'idée qu'à deux moments au minimum, on sera dans des canyons très escarpés qui se terminent sur des chutes de 10m+), j'ai invité des pagayeurs qui sont parmi les meilleurs au Québec. Des pagayeurs de classe 5 qui sont au-devant de l'ouverture de rivière dans leur région et même dans le monde, ainsi, ils savent dans quoi il s'embarque si une surprise se dresse devant au dernier moment. Je vais vous les présenter aux furs et à mesure qu'ils arrivent au Saguenay se joindre au projet.

Hier fut notre première journée d'exploration, Francois Bergeron-Proulx et Olivier Gossot sont arrivés de Montréal mercredi soir que pour mieux repartir ce matin. Finitions des préparations de dernières minutes et on part pour 3 jours dans le haut de la Zec Sainte-Marguerite. Après 50 km, on atteint le niveau d'altitude dans les monts Valin où la fonde de la neige est très , mais très ralentie. Il reste 2-3 mêtres au sol, les lacs sont toujours gelés, c'est l'hiver et je suis en bermuda! Il faut se rendre au compte les chemins de terre secondaires (et encore moins les tertiaires) ne sont pas vraiment praticable. Seul le chemin principal vers le nord est utilisable et ici, on doit tourner vers l'est... Et on est à la hauteur en altitude de la sortie d'eau de la descente que l'on veut aller voir. On doit changer nos plans. On décide de reporter de plusieurs jours les rivières aussi au nord, en espérant que la pluie annoncée arrive. On va donc se concentrer sur les tributaires de la Sainte-Marguerite près de son embouchure sur le Saguenay.

De exploration

De exploration

Retour sur nos pas.

On longe la Sainte-Marguerite, elle est haute, mais on est loin de la crue avec l'eau dans les arbres. Au contraire, c'est un bon niveau pour débuter la saison pour les pagayeurs de classe II avec passage de III. Je vais devoir revenir avec Véro et la gang du club.

Premier tributaire que l'on rencontre, il y a un chemin de terre qui le longe. C'est un petit ruisseau qui ne semble pas à grand-chose quand il arrive dans le Saguenay, mais à voir la pente en avant de nous, on est probablement sur quelque chose. Le chemin commence à avoir un peu trop de neige et de boue à mon goût. C'est bien plaisant un 4x4, mais je n'ai quand même pas le goût d'être pris, car à part les traces d'un camion avant nous, il n'y a personne qui sont passé ici depuis longtemps. À un moment la pente augmente considérablement et on du bord de la route, on voit le ruisseau gicler dans les airs avant de mieux tomber en chute libre. Une drop, notre excitation monte, on se précipite tels des touristes, caméras au cou sur les bords du ruisseau.
De exploration

Une belle glissade sur une roche lisse avec quelques marches pour nous faire sauter de joies, mais le hic, l'atterrissage est très brutal, il y a des beaux cailloux pour faire des arrêts frontaux instantanés. Le ruisseau a beaucoup de potentiel, mais cette chute-là, ce n’est pas pour moi. Il n'y a toujours pas de coussins gonflables dans mon creekboat.
De exploration

On décide, encore une fois, de ne pas poursuivre sur la route, car le chemin, bien qu'enneigé seulement par endroits, n'est pas encore vraiment praticable. On va revenir un peu plus tard pour le haut du ruisseau, mais il nous a montré qu'il y a vraiment beaucoup de potentiel ici.

On revient donc à Saguenay pour mieux préparer notre journée de demain, cette fois-ci sur la Rive-Sud du Saguenay pour laisser encore quelques jours à la Rive-Nord de fondre. Une journée, aucune rivière de descendu, 200km de bouette, un camion baptisé la brute!
De exploration

De exploration

Aucun commentaire: